Cyber harcèlement scolaire

Publié le 29/01/2020

Par définition, le cyber-harcèlement est « un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ».

Le cyber-harcèlement se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux, site de partage de photographies etc.

246 millions1, c’est le nombre d’enfants et d’adolescents à travers le monde qui sont touchés par le (cyber)harcèlement scolaire.

En France, c’est plus d’un élève sur dix qui en est victime, soit environ 700.000 jeunes2.

Face à ce fléau, Mutuelle Entrain a choisi de renforcer le service rendu à ses adhérents dans le cadre de sa protection juridique santé et médicale déjà mis en place le 1er janvier 2019.

En effet, un service de e-réputation et de Web nettoyage qui permet de faire disparaître les propos calomnieux dont les adhérents pourraient être victimes avait déjà été mis à leur disposition.  

 

Des le 1er janvier 2020, le service juridique s’étendra à la couverture des frais de procédures pénales pouvant découler d’un harcèlement scolaire ou d’un cyberharcèlement dont seraient victimes les enfants dans leur environnement scolaire.

 

Et ce, sans surcoût.

Un service d’assistance juridique est également disponible au 02 43 39 35 05 du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00 et le samedi de 8h00 à 18h00.

 

 

SOURCES :

(1) UNESCO, Violence et harcèlement à l’école : rapport sur la situation dans le monde, 2017 – https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000246976

(2) MINISTERE DE L’EDUCATION, Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école, novembre 2019 - https://www.education.gouv.fr/cid134915/journee-nationale-lutte-contre-harcelement-ecole-plusieurs-est-fort-contre-harcelement.html

(3) Lottmann H. Observatoire français sur les répercussions et la prise en charge de l’énurésie nocturne chez l’enfant et l’adolescent. Médecine & Enfance 2009;29:298-302.

 

Partager sur